Boîte à fantômes

Comment parler d’un traumatisme

Après plus de trente ans dans le design graphique et victime d’un attentat en 2015, je suis devenue artiste plasticienne pour imager des fables sur mes peurs dans le but de les apprivoiser.
J’ai construit et rempli une boîte de carnets, photos et objets qui abordent sans honte mes monstres. Cette boîte est comme la boîte à trésors et à secrets que l’on se fabriquait enfant avec une boîte à chaussures ou à biscuits. Dans cet espace, j’appréhende de front ce moment tragique par des empreintes, des matières et des objets. Ce travail me permet d’être plus sereine et d’apprivoiser mes monstres.

Instagram